Dans la famille « musée des enfants », je demande le Tilt

Je garde un souvenir mémorable de mon passage au Musée des enfants de Bruxelles lorsque j’étais gamine : l’exposition était sur les cinq sens et je me revois encore arpenter pieds nus un parcours sensoriel et plonger la main dans de grands récipients occultés (décidément, je comprends pourquoi j’aime tellement l’approche Reggio). J’avais hâte d’y emmener les enfants ! Pourtant, lors de notre visite il y a quelques mois, j’ai été très déçue par l’espace et les expositions. De mes yeux d’adulte, j’y ai découvert des activités très cérébrales et dirigées, peu praticables dans le bruit et l’effervescence du lieu et en tout cas inaccessibles aux enfants non-lecteurs. Seules les salles du dernier étage, dédiées au conte et à l’univers onirique, m’ont plu, mais là encore, si le décor est beau, il est entièrement composé de plastique (vous visiterez donc… une forêt en plastoc, si c’est pas classe, ça). Déception. Dans ce cas, j’aime mieux un vrai parc d’attractions.

Toutefois, quelques semaines plus tard, mon amie Lexane me proposa d’aller au Tilt, un musée des enfants situé cette fois à Rixensart. Musée des enfants ? Pas tout à fait. Le site internet indique qu’il s’agit d’ « un espace d’ouverture au monde, un centre d’expression et de créativité ». La différence est perceptible dès l’entrée. Un ancien corps de ferme a été transformé pour faire voyager les enfants à la découverte des habitats du monde entier. Outre la thématique, les espaces de jeux sont très sensoriels, ils sont créés à partir de beaucoup de matériaux de récup’, encouragent le jeu libre et sont vraisemblablement pensés pour s’adresser à des enfants d’âges différents. Nos deux filles ont exploré l’ensemble dans la joie, mettant avec plaisir les mains dans l’argile, transvasant sans fin du riz, se déguisant pour mieux nous concocter des petits plats imaginaires dans des casseroles presque plus grandes qu’elles, etc.

Lire la suite « Dans la famille « musée des enfants », je demande le Tilt »