Dans la famille « musée des enfants », je demande le Tilt

Je garde un souvenir mémorable de mon passage au Musée des enfants de Bruxelles lorsque j’étais gamine : l’exposition était sur les cinq sens et je me revois encore arpenter pieds nus un parcours sensoriel et plonger la main dans de grands récipients occultés (décidément, je comprends pourquoi j’aime tellement l’approche Reggio). J’avais hâte d’y emmener les enfants ! Pourtant, lors de notre visite il y a quelques mois, j’ai été très déçue par l’espace et les expositions. De mes yeux d’adulte, j’y ai découvert des activités très cérébrales et dirigées, peu praticables dans le bruit et l’effervescence du lieu et en tout cas inaccessibles aux enfants non-lecteurs. Seules les salles du dernier étage, dédiées au conte et à l’univers onirique, m’ont plu, mais là encore, si le décor est beau, il est entièrement composé de plastique (vous visiterez donc… une forêt en plastoc, si c’est pas classe, ça). Déception. Dans ce cas, j’aime mieux un vrai parc d’attractions.

Toutefois, quelques semaines plus tard, mon amie Lexane me proposa d’aller au Tilt, un musée des enfants situé cette fois à Rixensart. Musée des enfants ? Pas tout à fait. Le site internet indique qu’il s’agit d’ « un espace d’ouverture au monde, un centre d’expression et de créativité ». La différence est perceptible dès l’entrée. Un ancien corps de ferme a été transformé pour faire voyager les enfants à la découverte des habitats du monde entier. Outre la thématique, les espaces de jeux sont très sensoriels, ils sont créés à partir de beaucoup de matériaux de récup’, encouragent le jeu libre et sont vraisemblablement pensés pour s’adresser à des enfants d’âges différents. Nos deux filles ont exploré l’ensemble dans la joie, mettant avec plaisir les mains dans l’argile, transvasant sans fin du riz, se déguisant pour mieux nous concocter des petits plats imaginaires dans des casseroles presque plus grandes qu’elles, etc.

Lire la suite « Dans la famille « musée des enfants », je demande le Tilt »

Le musée du jouet de Bruxelles

C’est le compte Instragram de ma copinaute Sylvie qui m’a donné envie d’aller faire un tour au Musée du jouet de Bruxelles. Nous n’avons pas été déçus : tous les membres de la famille sont ressortis enchantés. Faute de moyens, le Musée prend un peu la poussière ces dernières années, et on voit bien que l’équipe manque de bras pour classer et aménager la multitude de jouets du lieu. C’est bien simple : il y en a partout ! Mais c’est ce qui fait le charme du musée… ça, et son conservateur de toujours, passionné par toutes les pièces rassemblées ici, et qui semble bien avoir légué une bonne partie de ses propres jouets d’enfant à la collection. J’ai trouvé que ce musée reflétait ce que mon pays a de plus charmant : de la bonhomie, une passion pour les choses un peu fragiles ou désuètes, un bric-à-brac invraisemblable et une générosité certaine.

Les enfants se sentent bien aussi en ces murs ; il faut dire qu’ils sont les bienvenus : plein de jeux sont mis à leur disposition, afin qu’ils puissent les manipuler. Il suffit de demander gentiment pour recevoir quelques billes à glisser dans les divers circuits (gardez précieusement la vôtre jusqu’à la sortie : il y a encore un circuit au dernier étage) ou pour voir fonctionner les trains électriques.

Je te laisse poursuivre la visite en images, en te conseillant vivement de pousser la porte du Musée du jouet lors de ta prochaine visite bruxelloise. Attention, le musée est grand : il faut compter entre une et deux heures pour en faire le tour.

Lire la suite « Le musée du jouet de Bruxelles »

Fleurs du bitume et espaces verts à Bruxelles (3) : le Rouge-Cloître

Une balade le matin, un tour au parc le soir, tel fut notre rythme de croisière durant les grosses chaleurs du printemps et de l’été. Il n’y a pas de meilleure école que la Nature, et pas de meilleur endroit où mener ses enfants pour décompresser lorsqu’on les garde H24 : dehors, tout est plus facile, et plus intéressant.

En attendant un article pour te convaincre que vivre au vert en ville, c’est possible, le nombre d’heures que nous avons passées à arpenter les parcs bruxellois ces derniers mois m’a donné envie de reprendre une série de billets destinés à te faire découvrir mes espaces verts préférés dans la capitale. Je sais que j’ai un lectorat majoritairement français, mais j’espère que ces articles pourront insuffler un nouvel élan à mes voisins bruxellois, et des idées aux vacanciers qui s’aventureraient jusque chez nous avec leurs enfants.

IMG_2055

Le Rouge-Cloître

Cette ancienne abbaye et le parc qui l’entoure constituent assurément un de mes espaces verts préférés à Bruxelles. Situé à l’entrée de la forêt de Soignes (pour ceux qui souhaiteraient faire une longue balade), le Rouge-Cloître est un lieu parfait pour se promener avec des enfants car il comprend aujourd’hui à la fois :

  • une ferme, qui abrite aujourd’hui l’ASBL Cheval et Forêt (dont les chevaux de traits et leurs belles carrioles plairont sûrement aux petits connaisseurs),
  • plusieurs points d’eau (dont l’un accessible aux pêcheurs), avec leur flore et leur faune qu’on ne se lasse pas d’observer,
  • deux très belles plaines de jeux,
  • un centre d’art,

Lire la suite « Fleurs du bitume et espaces verts à Bruxelles (3) : le Rouge-Cloître »

Art cinétique à la Patinoire Royale – so Reggio, my dear !

art-cinetique-01Est-ce que ça t’arrive d’aller à une expo avec ton tout-petit ?

Pendant mon congé de maternité, j’avais besoin de sortir régulièrement de chez moi sans me retrouver au milieu de la foule ou dans des endroits socialement très fréquentés. Je me rendais beaucoup dans les parcs et les musées, où je trouvais toujours un coin relativement paisible pour allaiter tranquille. Je me souviens notamment avoir vu une expo très marquante sur l’excision, devant les œuvres de laquelle je cachais parfois les yeux de mon nourrisson à moitié endormi dans son écharpe (ce n’était sans doute pas très utile, mais je crois que j’étais moi-même tellement bouleversée par certains tableaux que je ne pouvais pas faire autrement).

Puis j’ai repris le travail, Django a eu besoin d’avoir des horaires bien réglés et nos week-ends étaient déjà bien remplis de rendez-vous en famille ou avec les amis, ainsi que par tous les travaux à effectuer dans notre nouvel appartement…

art-cinetique-05 Lire la suite « Art cinétique à la Patinoire Royale – so Reggio, my dear ! »