Découverte sensorielle du système solaire

Le système solaire et ses planètes : voilà bien un thème qui intrigue et passionne les petits comme les grands, non ?

Ça n’aura pas échappé aux plus assidus : plus beaucoup de progression type « Montessori » par chez nous (par contre, si tu cherches des plateaux inspirants pour les enfants dès six ans, cours chez Merci qui ? Merci Montessori, ils font boomer mon âme de pédagogue). Notre univers oscille plutôt entre les énergies collectées à l’école Steiner des enfants et mon propre engouement pour les apprentissages autonomes (je rêve de m’offrir les deux titres de John Holt* parus récemment en français). Ajoutons un soupçon de Reggio cher à mon cœur, et nous sommes au complet. En recevant le coffret d’astronomie Montessori* dans notre abonnement Lib&Lou cet été, j’ai toutefois soudain eu à nouveau envie de faire plein de propositions à mes mômes : j’ai ressorti nos livres préférés sur le système solaire et l’univers, et nous voici partis à l’assaut des planètes munis de compas, de pinceaux et de pâte à modeler.

systeme-solaire

Le coffret « astronomie »

J’aime assez bien ces coffrets montessori édités chez Nathan* : bien qu’assez petits, ils sont intéressants, détaillés, de bonne qualité et possèdent des cartes de nomenclature qui font défaut aux autres supports pédagogiques sur les mêmes sujets. Je trouve que c’est un matériel parfait à emprunter, puisqu’il s’exploite à fond pendant un petit temps puis se laisse oublier un bon moment, et j’étais très contente d’en trouver une large sélection chez Lib&Lou. Je te reparlerai d’ailleurs très prochainement de leur système de location.

Du coffret aux pinceaux : au boulot !

Après que Django et moi avons vérifié nos connaissances sur les planètes qui composent notre système solaire à l’aide du livret présent dans le coffret, nous nous sommes adjoint l’aide de June pour peindre chacune des planètes à l’aquarelle. Puisque June a une passion dévorante pour le dessin de cercles et d’ellipses en ce moment, il n’a pas fallu la prier. J’en ai tout de même profité pour faire découvrir à mon aîné un nouvel outil, le compas.

Nous nous sommes répartis les planètes. Restait alors à déterminer à l’aide de notre système solaire motorisé* la taille que nous allions donner à chacune d’elles. Pour les couleurs, nos différents livres ne semblaient pas toujours d’accord et nous avons un peu tergiversé. June a fini par se retrouver en charge de Jupiter et du Soleil, que nous avons décidé de représenter également, ce qui lui offrait à la fois de l’espace et la possibilité de mélanger relativement à sa guise différentes couleurs. Django s’est ensuite chargé du découpage et a réalisé certaines étiquettes de nomenclature.

Pour coller la frise au mur, nous avons utilisé des pastilles adhésives* dont mes enfants raffolent tellement que je m’emploie à les planquer le reste du temps (rassure-moi, chez toi aussi tu retrouves la maison entièrement tapissée de divers papiers si tu ne prends pas cette précaution ?) : c’était quasi la fête. Et ce fut enfin l’occasion de vérifier si Django et moi étions capables de restituer les savoirs dont nous avions fait l’acquisition en début de séance.

bricolage-systeme-solaire

Variante

Quelques jours plus tard, inspirés par une proposition d’activité faite par une amie à ses enfants, nous avons exploité une nouvelle fois nos connaissance sur le système solaire avec de la pâte à modeler.


J’écris cet article sur le mode d’une « documentation » de type Reggio ; maintenant que la frise a perdu de son intérêt auprès des enfants, j’aimerais la réaligner avec Django dans un beau cahier (du type des « Cahiers H » qu’on trouve chez Au son des grillons) et y ajouter ce texte. Si les enfants n’allaient pas à l’école, voici sans doute ce à quoi nos journées ressembleraient. En attendant (?), je suis heureuse de trouver de temps en temps l’enthousiasme et l’énergie pour ces activités finalement toutes simples, et capables de mobiliser autant de compétences différentes chez chacun de mes enfants. J’espère que ces quelques mots t’auront à toi aussi apporté un peu d’inspiration.

3 commentaires sur “Découverte sensorielle du système solaire

  1. Bonjour Alice,

    Ton article est très intéressant. Je trouve le système solaire motorisé très chouette ! Tu le conseillerais à partir de quel âge ? Quelle utilisation en fais-tu avec tes enfants ?

    Merci,
    Coline.

    1. Bonsoir Loumea, oui, il est sympa et plait beaucoup à mes enfants. Pour l’âge, ça dépend s’ils sont branchés formels ou non. C’est un matériel qui est relativement fragile, puisque motorisé, et qui demande une capacité d’abstraction. Clairement pas pour ma cadette (elle le trouve très amusant, cela dit), mais sans doute dès 4 – 5 ans si l’enfant a le bon profil et l’intérêt. Quant à son utilisation : je l’ai acheté lorsque je me suis surprise à utiliser pour la deuxième fois des fruits pour expliquer à mon fils le fait que la terre tourne autour du soleil (qui était un questionnement récurrent pendant tout un temps ici). Tu peux l’exploiter de plein de manières différentes, toutefois. Les planètes se « démontent », il y a moyen de calculer à quel endroit doit être chaque planète en ce moment, etc. Note que la version motorisée n’est pas indispensable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *