Parler « belge », c’est rendre justice à la poésie potagère

<3

<3

<3

<3

<3

<3

 

 

<3

<3

<3

<3

<3

<3

<3

A quand d’autres envolées lyriques sur la pertinence de « septante » et « nonante », la spécificité de la « guindaille », le couple maudit « essuie / torchon », la magie de la « drache », le mystérieux « je te dis quoi » ?

<3

2 commentaires sur “Parler « belge », c’est rendre justice à la poésie potagère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *